Calestampar.org
Arcuelh deu sit > ABULÉDU > TUIC en classe > OpenStreetMap à Floirac - 1

OpenStreetMap à Floirac - 1

MAJ - 20140509

dissabte 15 de març de 2014, per  Annie Lesca

ARTICLES SUIVANTS :

Grâce à OpenStreetMap, des élèves du Bas-Floirac deviennent cette année "acteurs de leur territoire", dans une zone en proie à des remaniements urbains importants, en plein milieu de chantiers de destruction-construction. Peut-on encore parler d’école de quartier ?

Deux enseignants de cycle 3 de l’école Pierre et Marie Curie ont relevé le défi. Leurs élèves de CM1 et CM2 sont habitués depuis le début de l’année à travailler en décloisonnement, en sciences et en histoire : ils savent que les échanges entre classes d’âge différentes les enrichissent et les aident à apprendre. Ils s’investissent à fond dans les projets qui leur sont proposés et qui leur permettent de se construire au fur et à mesure de l’année scolaire.

Quelques minutes de rencontre, à leur écoute, au coin-de-parole : le programme de la journée est "calé" et repositionné dans le déroulement de la semaine, de l’année. Les intervenants se présentent, chaque fille et chaque garçon aussi. J’essaie de mémoriser leurs prénoms et celui de la jeune EVS "qui participe aux projets". Ma prise de notes sur carnet ? OK, "tu nous montreras ton article ?" Je ne suis pas la seule journaliste, la maîtresse choisit les deux photographes du jour et leur confie la tablette en rappelant les règles concernant photos de visage et droit à l’image.

Dans ce projet de cartographie locale, le temps et l’espace sont donc étroitement liés.

Le temps-qui-passe est devenu un compagnon, une notion qui s’enrichit au fil des expériences et des rencontres :

  • "Grands les CM2 ? Petits les CM1 ?" mais non, "ils ont juste un an de plus que nous".
  • Une carte qui a trois ans est vieille ; ils savent tous ce qu’est une carte à jour.
  • Je ne t’imaginais pas si vieille, me dit un enfant dans le couloir.
  • Il y avait des voitures de ton temps ? demande un garçon à un des animateurs, (qui me demande en aparté s’il doit se vexer ou non)...

Deux ateliers tournants d’une heure ont été organisés : l’un en classe, autour de cartes sur papier, l’autre en salle informatique avec une dizaine de postes où les enfants s’installent à deux, un CM2-un CM1. Chaque atelier est encadré par un enseignant et un animateur des Petits Débrouillards. Deux moments collectifs, la présentation de départ et le bilan final.
Les activités proposées sont variées, retiennent l’attention des enfants : ils participent à l’action et à la réflexion. Le niveau sonore ne pose que rarement problème.

Le point de départ ? Le jeu de devinettes haïkus-photos du premier trimestre en liaison avec les 6° du collège voisin, puis le positionnement des haïkus sur un tirage du cadastre en utilisant punaises et bolduc.

Le premier jeu : quel chemin suivez-vous pour aller de chez vous à l’école ? Les enfants doivent retrouver leur parcours sur un tirage d’OpenStreetMap affiché au tableau.

Second jeu : trouver les différences entre ces deux tirages

pas besoin d’expliquer ce qu’est une échelle : la juxtaposition des deux cartes est explicite.

Troisième jeu par groupes de quatre ou cinq : repérer un lieu secret à chaque table. Puis donner des indications à un élève d’un autre groupe pour qu’il en retrouve le chemin à partir de l’école.

REPÉRAGE : filles et garçons participent, les négociations vont bon train

RETROUVER SON CHEMIN avec un guide oral

Pas si facile que ça, d’autant que les consignes évoluent :

  • le premier groupe guide : "à droite/à gauche", "en bas/en haut"
  • le second donne des noms de rue : dur, dur de lire ces noms propres.
  • le troisième s’appuie sur des repères : pont, rond-point...
  • le quatrième ne doit utiliser que des orientations.

Dernières activités sur papier au tableau : comment retrouver ces lieux secrets sans guide oral ? et faire la liste de ce qui manque.

CODER ET LÉGENDER DES LIEUX POUR LES RETROUVER

Pendant une heure, les enfants ont parlé, lu, écrit ... et appris. Le garçon qui avait affirmé en début de séance "J’ai jamais rien compris aux cartes" repart avec le sourire. C’est l’heure de la récré.

Deuxième heure en salle informatique

Les ordinateurs affichent OSM : il s’agit de retrouver Floirac qui se cache (mais où ?) sur cette carte du monde.

Les enfants sont très à l’aise avec l’outil et s’aident pour trouver l’icone "de rapprochement" et la mollette de la souris.

Ils essaient ensuite de retrouver leurs repères, de suivre les chemins entre leur domicile et l’école, de refaire les activités de l’heure précédente. Ils jouent avec le zoom, essaient le +/- du clavier, le déplacement N <-> S ou E <-> O avec les flèches directionnelles. Bref cinq minutes de tâtonnement ludique efficace.

Le travail sérieux reprend avec la demande de retrouver l’école en saisissant des mots-clés dans le champ de recherche. Ceux qui ont tapé "école curie" sont déçus, ceux qui n’ont pas respecté l’orthographe aussi ; là encore les échanges oraux vont permettre d’arriver à un consensus.

Puis l’animateur leur demande de chercher où se trouve BAMAKO. Plusieurs enfants savent que c’est la capitale du Mali et en route ; avec la mollette, retrouver l’Afrique puis le Mali ne pose aucun problème ; la découverte d’une mosquée, de terrains de football, de ponts sur le Niger, des noms de rue se passe dans la joie. Vive la géographie.

RETOUR À L’ÉCOLE : une mission, retrouver ce qui manque et transmettre cette information sous forme d’une demande, d’un message enregistré à l’écran, "suggérer une amélioration de la carte".

S’ensuit un moment fort de lecture des messages laissés par le premier groupe,

L’animateur des Petits Débrouillards en profite pour faire émerger plusieurs notions importantes sur la responsabilité de l’écriture :

  • de la trace laissée à celui qui va lire et chercher dans l’urgence, peut-être l’adresse d’un hôpital ;
  • du respect de la vie privée (pas d’adresses personnelles) ;
  • ...

Point d’orgue avec la rédaction de nouveaux messages.

Les retrouvailles entre les deux groupes sont l’occasion de réfléchir aux moments qui ont été le plus appréciés. Rendez-vous mardi prochain.

Mais déjà, le lundi 17, les messages fleurissent dans le parterre floiracais :

Arrespóner a aqueth article

SPIP | squelette | | Plan deu sit | Seguir l'activitat editoriau RSS 2.0