Vous êtes ici : Accueil » Un peu de lecture-écriture » Vieillesse et mort dans la littérature de jeunesse

Vieillesse et mort dans la littérature de jeunesse

D 17 octobre 2013     H 09:41     A Annie Lesca     C 0 messages


Un livre tient compagnie aux errements de mes préoccupations silencieuses depuis plus d’un an (août 2012) et suscite régulièrement des ponts avec lectures, souvenirs et sensations multiples.

C’est un livre d’histoire sur un siècle de littérature de jeunesse, écrit par une orthopédagogue, comme on dit au Québec, Vieillesse et mort dans la littérature enfantine de 1880 à 1980 de G. ARFEUX-VAUCHER (Imago).

Merci aux bibliothécaires jeunesse de Cestas qui l’ont sélectionné pour leurs lecteurs.

Voici quelques notes de lecture :

- L’image de soi vieillissant s’enracine dans des expériences infantiles, qui sont reprises et travaillées psychiquement par l’affrontement direct au vieillissement de ses parents ==> avoir moins à réparer sous couvert de préparer.

  • le mythe de la "fontaine de jouvence" PAUSANIAS
  • absence d’éducation au vieillir : "Quand tu seras vieux..."
  • les renoncements de l’enfance permettent de grandir, ceux de la vieillesse sont des petites morts
  • l’enfant mémorise des sensations multiples (visuelles, tactiles, auditives, olfactives) par le contact direct avec les vieux et par le contact indirect (culture, objets)

- Quelle est la place du livre dans tout ça ?

  • l’auteur est le maillon entre l’enfant et le vieux, un maillon ambivalent : valeurs accumulées et transmises versus réalité, cad en route vers le néant.

- LIVRES D’ÉCOLE depuis 1880

  • alphabétisation : politique unificatrice jacobine (obligation scolaire), fin de la culture orale, non-recours à l’expérience, individualisme narcissique, soumission par rapport au savoir et à ceux qui le détiennent,
  • éradication des langues régionales : le patois / le français de l’école
  • le savoir-écrire
  • mise à l’écart des vieux : le savoir lire-écrire généralisé repose sur des savoirs cumulatifs, aussi la mémoire collective devient-elle inutile.

Accepter que « Grandir, c’est vieillir » et « Vieillir, c’est grandir » demande une vraie révolution des mentalités.

ICONOGRAPHIE

J’enregistre depuis un an des images libres du dix-neuvième siècle mettant en lien la lecture et les générations, pour illustrer les pages du livre qui concernent ce thème.

The peace egg and a Christmas mumming play, with illustrations by Gordon Browne (c1887)

https://archive.org/details/peaceeggandchris00ewinrich

Dans la même rubrique

20 janvier 2017 – Énigme policière dans la Ferme des Animaux

6 août 2016 – La Joie de vivre

30 avril 2016 – Le Petit Poucet de Saint-Pierred’Aurillac

12 février 2016 – Le fou et le professeur

7 février 2016 – Ville africaine peule au XVIII° siècle

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?