samedi, 18 novembre 2017|
 

Une nymphe thermale gallo-romaine énigmatique

La recherche d’énigmes pour le dernier logiciel du Terrier actuellement développé par un stagiaire de Ryxeo, Dis Moi Quand, m’a lancée sur les traces d’une nymphe gallo-romaine représentée dans le Magasin Pittoresque de 1876 (tome XLIV, février 1876, p.46-48).

D’après l’article, cette coupe en argent avait été trouvée à la fin du XVIIIème siècle dans le val d’Otañès entre Santander et la mer, puis perdue ; elle n’était connue que par le dessin ci-dessus pris pour l’Académie d’histoire de Madrid permettant de dater sa fabrication du milieu du II° siècle de l’ère chrétienne.

D’après l’inscription gravée au revers, elle avait appartenu à L(ucius) P(ompeius) CORNELIANI(us), pesait III (livres) et II (scrupules) ; soit d’après le tableau des équivalences de wikipedia près d’un kg :

  • 1 livre = 96 drachmes
  • 1 scrupule = 1/3 de drachme

Le dessin représente la nymphe de la source UMERI dans la pose ordinaire des fleuves, épandant de son urne un flot abondant, qui est recueilli dans un bassin de pierre. Là un homme, vêtu comme l’étaient les esclaves, puise l’eau pour en remplir un grand vaisseau ; d’autres, plus bas, en versent, à l’aide d’amphores, dans une de ces vastes outres qu’on chargeait sur des voitures (pour transporter aussi d’autres liquides, comme l’huile ou le vin).

Un autre esclave offre, sur la droite, un gobelet plein d’eau à un vieillard assis dans un fauteuil de malade.

On voit encore, au fond de la coupe, deux autres figures : l’une est celle d’un berger sacrifiant sur un autel, l’autre celle d’un personnage en toge faisant au-dessus d’un autre autel une libation.

Quelques recherches plus tard...

- Cette coupe a été déclarée Bien d’Intérêt Culturel le 25/11/2000 (BOC) et a été exposée en 1999 à Santillana del Mar, dans le cadre de l’exposition : Cántabros. La génesis de un pueblo, organisée par la Caja Cantabria.

- Un extrait du bulletin de la "Real Academia de la Historia" sur les "inscripciones-romanas-del-valle-de-otaes" donne une description très complète de cet objet, mais soulève plus de questions qu’il ne donne de réponses. Cet extrait commence par une citation des actes inédits de l’Académie de 1826, 1832 et 1895.

- Voici la description en latin de HUBNER (2.917), le spécialiste allemand :

- Voici également une identification botanique (en espagnol) du rameau tenu par la nymphe, proposée par le Pr. Laguna :

Connues en français sous le nom de renouée persicaire, et de persicaire bitorte, ces plantes ont donc des propriétés astringentes.

- Les arbres de chaque côté de la source seraient du chêne, du châtaignier ou du hêtre.

- La description des scènes, des personnages, des vêtements, du mobilier pages 13 et 14 sont d’une précision remarquable, avec de nombreux termes en latin et leur équivalent espagnol. : j’ai même commencé un tableau... perfectible.

LATIN ESPAGNOL FRANÇAIS
pedum cayado bâton
galerus gorro de pelo bonnet
carbatinas abartas espadrilles
toga praetexta toge prétexte
campagos botas altas grandes bottes
scimpodium sillon de enfermo
tunica interior traje de casa tunique d’intérieur
anfora amphore
dolium tonel
petorritum carro de 4 ruedas

Et voici quand même une reproduction de l’original :

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS