samedi, 18 novembre 2017|
 

Strabon et l’Aquitaine

STRABON

Source : Encyclopaedia Biblica, 1903
Source

Source de la traduction

Parlons à présent des Aquitains et de ces quatorze peuples de race galatique ou gauloise, habitant entre le Garounas et le Liger et en partie aussi dans la vallée du Rhône et dans les plaines de la Narbonnaise, qui ont été réunis administrativement à l’Aquitaine. [Je dis administrativement,] car autrement et à prendre les choses comme elles sont en réalité, les Aquitains diffèrent des peuples de race gauloise tant par leur constitution physique que par la langue qu’ils parlent, et ressemblent bien davantage aux Ibères.

Ils ont pour limite le cours du Garounas et sont répandus entre ce fleuve et le mont Pyréné. On compte plus de vingt peuples aquitains, mais tous faibles et obscurs ; la plupart habitent les bords de l’Océan, les autres l’intérieur même des terres, où ils s’avancent jusqu’aux extrémités des monts Cemmènes et aux frontières des Tectosages.

Ainsi délimitée, l’Aquitaine formait une province trop peu étendue, c’est pourquoi on l’a accrue de tout le pays compris entre le Garounas et le Liger. Ces deux fleuves, à peu près parallèles au mont Pyréné, déterminent, par rapport à cette chaîne de montagnes, un double parallélogramme, dont les deux autres côtés sont figurés par l’Océan et par les monts Cemmènes. Le cours de chacun d’eux mesure à peu près 2000 stades. C’est entre les Bituriges-Vibisques et les Santons, deux peuples de race gauloise, que le Garounas, grossi des eaux de trois affluents, débouche dans l’Océan.

Les Bituriges-Vibisques sont les seuls étrangers dont les possessions se trouvent enclavées parmi celles des Aquitains ; mais ils ne font pas partie pour cela de leur confédération. Ils ont leur emporium ou marché principal à Burdigala, ville située au fond d’un estuaire que forment les bouches du Garounas.
...
En général, tout le long de l’Océan, le sol de l’Aquitaine est sablonneux et maigre, et, à défaut des autres céréales, ne produit guère que du millet pour la nourriture de ses habitants. C’est aussi sur les côtes d’Aquitaine que l’Océan creuse le golfe qui forme, avec le golfe Galatique du littoral de la Narbonnaise, l’isthme dont nous avons parlé : comme celui auquel il correspond, le golfe de l’Océan porte le nom de Galatique. Les Tarbelli qui en occupent les bords ont dans leur territoire les mines d’or les plus importantes qu’il y ait en Gaule, car il suffit d’y creuser des puits d’une faible profondeur pour trouver des lames d’or, épaisses comme le poing, dont quelques-unes ont à peine besoin d’être affinées. Mais en général, c’est sous la forme de paillettes et de pépites que l’or s’y présente, et, dans cet état-là même, il n’exige jamais un grand travail d’affinage.

Dans les plaines de l’intérieur, ainsi que dans la partie montagneuse, le sol de l’Aquitaine est de meilleure qualité, il est notamment fertile dans le voisinage du mont Pyréné, chez les Convènes (...).

Le territoire des Auscii est également d’une grande fertilité. [Ajoutons que quelques-uns des peuples aquitains proprement dits, et dans le nombre les Auscii et les Convènes, ont reçu des Romains le droit latin.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS