samedi, 21 octobre 2017|
 

Semaine digitale franco-québécoise à Bordeaux

Mercredi 27 mars, un atelier à l’Athénée permettait de rencontrer trois enseignants convaincus de l’utilité pédagogique de l’activité d’écriture de twits.

Un professeur de maternelle de la banlieue bordelaise, Philippe Guilhem, l’utilise pour préparer des messages quotidiens "politiquement corrects" à l’attention des parents qui interrogent leur progéniture le soir au sortir de l’école sur leurs activités de la journée, dont ils se sentent exclus.

Une professeur de lycée au Québec, Annie Côté, l’utilise pour que ses étudiants s’inscrivent dans un parcours d’écriture brève mais concentrée et redécouvrent le bonheur de s’exprimer par écrit pour être lus... et les exigences induites.

Un professeur québécois à la retraite, Jean-Yves Fréchettes, fondateur de l’Institut de Twittérature Comparée, passionné d’écriture poétique, nous a éblouis de son feu d’artifice de citations et de sa langue ciselée. Un recueil de twits était en séance de dédicace chez Mollat le soir même.

L’ÉCOLE ALBERT CAMUS à Talence

Cette école est une des 143 twittclasses francophones du primaire recensées cette année. Philippe Guilhem, l’utilise tous les ans en fin de maternelle.

Il est convaincu des nombreuses retombées du travail pédagogique lié aux dictées à l’adulte, à la correspondance prônée par Célestin Freinet depuis un siècle. Il constate la mise en place d’automatismes linguistiques (pronoms personnels, temps des verbes notamment).

Comme le remarque Philippe, les élèves de Grande Section commencent à penser en langue d’écrit, ce qui va les aider quand ils vont arriver au CP. Twitter n’est qu’un prétexte.

Autres avantages de ce mode d’écriture : le twit est accessible et partageable ; il permet une initiation à la notion et à la pratique de réseau : le compte de la classe est fermé, il n’est accessible qu’aux parents ; les demandes de "suiveurs" font l’objet d’une sélection en classe. "Ce qui est destiné aux parents reste aux parents". D’autres classes font différemment.

L’expérience que on ne peut pas être ami avec tout le monde, ou qu’on ne peut pas écrire n’importe quoi (les bêtises d’un copain) est enrichissante et salutaire.

La créativité de sa classe le réjouit et nous réjouit.
RV sur son blog pour le callitwit du dernier pont de Bordeaux.

Derniers avantages, totalement inattendus, une éducation des parents à la culture digitale et aux responsabilités qui les attendent quand leurs enfants auront l’âge de twitter "pour de vrai" et qu’ils devront être en mesure de les accompagner. Les parents de ses élèves sont en effet tous les ans vivement encouragés à demander un abonnement : ils doivent faire des démarches lourdes, apprendre à bloquer un compte, comment le paramétrer.

ANNIE CÔTÉ ET LE DÉTOURNEMENT DES OUTILS INFORMATIQUES

Annie commence son intervention par une métaphore à la Boris Vian
Donnez le si
Il pousse un if
Faites le tri
Il naît un arbre
Jouez au bridge, et le pont s’ouvre
Engloutissant les canons les soldats
Au fond, au fond affectionné
De la rivière rouge
Ah oui, les Anglais sont bien dangereux.

La couverture d’Annie Rikiki :
Mettez une couverture sur les épaules,
Elle vous tient chaud ;
Posez-la par terre,
Elle vous emporte très loin sur son tapis volant ;
Fixez-la à cheval sur plusieurs chaises,
Et voilà une cabane pour s’y réfugier.

Voici ce qu’elle propose comme atelier : quatre semaines pour décourager les 16-17 ans qui ne peuvent couper le cordon ombilical avec leur "cellulaire" et ont les pouces actifs sous le bureau pendant les cours. Quatre semaines pour leur faire découvrir les joies de l’allitération, les contraintes de l’œil de l’autre, le plaisir d’écrire... et le plaisir d’enseigner.




Et puis, la correspondance permet d’abaisser les murs de la classe, d’en ouvrir les fenêtres sur le monde.

JEAN-YVES FRÉCHETTES ET LA FOLIE DU MINUSCULE

Fana de poésie, Jean-Yves a passé son temps à zigzaguer de poète en poète, de siècle en siècle, de linguiste en linguiste, bref à nous en faire tourner notre petit cerveau prosaïque.

S’il a choisi comme avatar PierrePaulPleau, c’est pour afficher son engagement dans le partenariat pédagogique public.

Suite après lecture de son ouvrage samedi.

DES PISTES POUR DES LENDEMAINS QUI CHANTENT

- L’I.T.C.

Après l’engouement passager et une nuit blanche à écrire, puis les réticences habituelles devant le pur exercice de style à destination d’un cénacle, me revoilà en pleine hésitation après la lecture de cette page.

Comme diraient nos amis québécois, impossible d’échapper au formatage rhétorique thèse-antithèse-synthèse !!!

Humeurs, Coups de gueule, réactions à vif, oui, pourquoi pas.

- CORRESPONDANCE SCOLAIRE

Article du café pédagogique sur la Twittérature, passerelle entre classes francophones : Belgique, Québec, Maroc, France et Royaume-Uni.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS