vendredi, 19 janvier 2018|
 

Prospection aérienne

La prospection aérienne en archéologie s’est développée depuis cinquante ans grâce à la démocratisation des vols privés de tourisme.

ROGER AGACHE EN PICARDIE

R. Agache photographiant un site

Roger Agache a joué dans les années 60 pour l’archéologie aérienne le même rôle de pionnier que Cousteau pour la plongée : il a "inventé une discipline" à l’échelle d’un territoire, la Picardie. Il a entendu l’appel de Raymond Chevalier de 1964 : L’avion à la découverte du passé

La photographie aérienne, telle que nous l’utilisons aujourd’hui, suppose la convergence et la coopération de trois données : la possibilité du vol humain, la photographie et la création de la science photogrammétrique. Cette science a connu des développements considérables avec la mise au point du tracé continu de la planimétrie et du nivellement, et avec le stéréo-comparateur qui permet une haute précision en utilisant des couples de photographies prises dans les directions horizontales parallèles.
Shadow-site = site archéologique révélé par les ombres portées produites par un micro-relief.
Crop-site = site révélé par les différences de croissance dans les céréales.
Grass-marks = signes révélateurs dans une prairie.
Damp-marks = taches d’humidité révélatrices.
Soil-site = site décelé par des anomalies dans la couleur des sols.
… Tout cela nécessite une collaboration interdisciplinaire : la vie d’un terroir ne se débite pas en tranches chronologiques ; une collaboration est indispensable entre historiens de l’antiquité et médiévistes, entre géographes et économistes, entre géologues et urbanistes
.

Portrait

Jeu de pilotage
Jorrand Caroline. Les sites fortifiés préhistoriques et protohistoriques en Picardie. In : Revue archéologique de l’Oise. N°7, 1976 fascicules 1-2. Les premiers agriculteurs et les Ages des Métaux en Picardie. pp. 59-63

JACQUES DASSIÉ EN SAINTONGE

En Saintonge, c’est Jacques Dassié qui a inlassablement survolé sa région à la recherche de traces géométriques au sol qu’il essayait ensuite d’identifier par des prospections sur le terrain.

J. Dassié survolant la Seudre, 2003. Source

Article avec photos commentées.

Si nous avons consacré tant de temps à ces recherches, c’est parce que nous avions conscience que notre contribution à l’inventaire de notre patrimoine archéologique revêtait une importance considérable en fonction du développement des grands travaux péri-urbains et autoroutiers. L’extrême urgence de la sauvegarde de ce patrimoine vient de la multiplication des surfaces décapées, nivelées, bétonnées et construites. Bien entendu, l’Administration responsable se doit d’organiser des prospections préventives sur les surfaces menacées, ainsi que les indispensables fouilles de sauvetage.

FRANÇOIS DIDIERJEAN DES DEUX CÔTÉS DES PYRÉNÉES

Didierjean (Fr.) : Archéologie aérienne dans la région Aquitaine, approche méthodologique, dans Le point sur la prospection aérienne, Journée d’archéologie aérienne du 20 avril 1985, Toulouse, 1988, p. 45-52.

Il est membre de la Fédération Aquitania. Ses photos illustrent le Guide archéologique de l’Aquitaine de Bost (J.P.), F. Didierjean, L. Maurin, J.-M. Roddaz (dir), Ausonius, 2004.

Didierjean François. Archéologie aérienne dans la province de Séville : premiers résultats. In : Mélanges de la Casa de Velázquez. Tome 15, 1979. pp. 93-114

La photographie aérienne à basse altitude est un préliminaire indispensable et un auxiliaire irremplaçable pour toute étude archéologique dans une région où les vestiges sont totalement arasés. La vision de l’observateur aérien permet le repérage de vestiges invisibles au sol.

Redécouverte du Castéra de Langoiran en 1985, cliché F. Didierjean. Source : Sylvie Faravel, « Langoiran », ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 28 juin 2015.

La prospection aérienne (en Chalosse orientale) aura largement contribué à enrichir la documentation, à élargir la vision de l’archéologue, à préciser la problématique des civilisations protohistoriques dans ce secteur. Grâce à elle en effet, à partir de quelques points mal situés, on peut aboutir à la vision cohérente d’un paysage organisé.

Groupe tumulaire à Lacajunte, cliché F Didierjean
  • Cadiou, F. et M. Navarro Caballero (2014), La guerre et ses traces. Conflits et sociétés en Hispanie à l’époque de la conquête romaine (IIIe-Ier s. a.C.), Ausonius Mémoires 37, Bordeaux.
DEUX EXEMPLES DE PHOTO-INTERPRÉTATION, clichés F. Didierjean, Institut Ausonius)

AUTOUR DU BASSIN D’ARCACHON DANS LES ANNÉES 80

  • Nous avons bénéficié des heures de vol d’un pilote amateur de la base de Villemarie : clichés pour nos expositions, par exemple pour Andernos, page 48),
  • nous avons consulté les couvertures aériennes de l’Inventaire Forestier à Bordeaux, que nous remercions pour leur accueil, et
  • nous avons acheté les photos aériennes en Noir et Blanc mises en vente par l’IGN (St Mandé) :
Cliché IGN, 73-FR-2434/250 (719)
  • Nous avons également fait l’inventaire des cartes anciennes pour repérer les traces de vestiges comme ici "Le chemin des Romains" :
Carte de Clavaux, 1776, Société Archéologique de Bordeaux
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS