lundi, 13 novembre 2017|
 

Promenade nocturne, Claude Petitjean

DEUIL

Dans de nombreux pays,
très loin d’ici,
au soir d’leur vie
quand il n’y a plus d’espoir,

les vieux s’en vont,
clopin-clopant,
seuls ou à deux,
goûter leurs dernières heures
puis attendre la mort
debout, à genoux ou à terre.

Fidèles au poste,
leurs ombres les suivent
jusqu’au bout.

Alors,
Silencieusement,
la forêt se met en branle ;
une foule de troncs pressés
s’avance à leur rencontre
pour recueillir leurs dernières paroles,
leurs derniers gestes,
leurs derniers regards,
leurs derniers soupirs,
autant de témoignages qui s’inscriront en lignes brisées
dans leurs branchages
sur leurs feuillages,

À décoder sur fond de bruissements
ou déchiffrer sur fond de chlorophylle
par les passants du lendemain.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS