mardi, 12 décembre 2017|
 

Mini-texte et haïkus en CP-CE1

Seconde intervention dans cette classe de l’école d’Isle-Saint-Georges en sud-Gironde, à la demande de la directrice, enthousiasmée par le projet de lecture-écriture d’haïkus sur Babytwit.

Nous avions défini les objectifs et organisé le déroulement de la séance avec l’enseignante par courriel.

Les productions du jeudi 5 mars avaient été affichées en classe...

La mise en route de la séance, à l’oral, se fait "naturellement" : Tu viens le jeudi, tu n’es pas venue jeudi (dernier)...

Et je leur pose quelques questions très prosaïques :
— Qu’est-ce que j’ai fait pendant que vous vous installiez ?
discussion autour du matériel et des branchements électriques, qu’ils n’ont pas observés.
— Pourquoi j’apporte des papiers ? qu’est-ce qui est écrit ?
discussion autour du travail de préparation de la maîtresse et du rôle actif des enfants : Souvent, vous trouvez tout seuls les questions et les réponses !!!
— Pourquoi j’apporte chaque fois un bloc de feuilles blanches ?
discussion autour de l’écriture (que je prendrai en charge comme la dernière fois : dictées à l’adulte), mais ils saisiront ensuite leur texte à l’ordinateur ou à la tablette. Je leur fais toucher le papier du bloc sur lequel j’aime écrire à la main et le premier haïku jaillit :

Le papier doux
Me donne envie de dormir
Comme sur un coussin.

La maîtresse affiche la photo n°1 du concours, en A3 couleur et ils trouvent que c’est vraiment mieux que ma photo "grise" : En noir et blanc, corrige un élève !

Elle note au tableau les mots au fur et à mesure qu’ils jaillissent.

Premières réactions : chacun s’accroche à "son" mot .

— Vous ne trouvez pas que ce serait plus agréable d’avoir des mots que chacun de nous offre à la classe et qu’on les dépose dans une corbeille dans laquelle chacun de nous pourra aller piocher tout à l’heure au moment de l’écriture ?

Ils réfléchissent, se concertent et sont d’accord. Ouf !

Quand ils essaient de comprendre

  • pourquoi le pêcheur est tordu
  • et pourquoi ses deux coudes sont pliés,
    ils se lèvent et essaient de reproduire son attitude pour deviner ce qu’il fait avec ses deux mains cachées : la main gauche pour tenir la canne et la main droite... pour tourner le moulinet. Ils ne connaissent pas le mot mais font très bien le geste et disent

"Il tire et tourne en même temps"

Ils essaient ensuite de reproduire la posture des jambes et des genoux :

"Il a dû attraper un gros poisson, un requin ?"

Puis je reprends ma feuille de préparation pour vérifier avec eux s’ils ont bien répondu à toutes les questions que nous avions prévues... que je n’ai même pas eu besoin de poser :
ils cherchent au fur et à mesure les réponses dans les listes de mots manuscrits affichés et lisent à voix haute.

— Et les sensations avec les autres sens que celui de la vision ??? en se référant au panneau affiché en classe il y a quinze jours.

  • Ils parlent du bruit des vagues, des cris des mouettes qui n’y sont pas. Ils ont du mal à ne pas mélanger les connaissances télévisuelles et réelles et évoquent la présence possible de pélicans.
  • Ils parlent du goût du sel et des odeurs de poissons, d’algues.
  • Ils retrouvent les différents types de plages : sable, galets ou vase.

Et les souvenirs affluent :
— doigt pincé par un crabe,
— varech pour faire le toit d’une mini-cabane sur la plage,
— grand-mère qui apprend à attraper les crabes,
— coquillages qui transmettent le bruit de la mer...

Je leur montre ma feuille "grise" et leur demande de lire ce qui est écrit tout en bas de la page, c’est-à-dire ce que nous avions prévu de leur demander en dernier : "Souvenirs"... Ils sont perplexes d’avoir anticipé de la sorte.

L’heure est venue d’écrire dans la salle à côté ;

la maîtresse envoie en premier deux demoiselles "timides" qui n’ont pas beaucoup parlé... et vont se rattraper, loin du regard de la classe.
Pendant près d’une demi-heure,

  • elles vont reprendre les thèmes évoqués par leurs camarades, sans incitation aucune de ma part,
  • en essayant de les dire directement sous forme de vers.
  • Elles en profitent pour explorer plus en détail la photo affichée à l’ordinateur, posent des questions sur la canne à pêche en deux parties par exemple, se posent des questions sur les promeneurs.
  • Puis à tour de rôle elles saisissent leur haïku avec Mini-texte sur tablette : l’une dicte et aide à trouver les touches du clavier, l’autre écrit et me pose des questions d’orthographe.
  • Elles signent leur poème.
  • Enfin c’est le moment de la sauvegarde

Les autres élèves passent en petit groupe, ils arrivent en sachant ce dont ils vont parler et même parfois avec certain haïkus quasiment prêts dans leur tête et au bout de la langue.

  • Je note sur ma feuille "douce comme un coussin",
  • puis ils saisissent en s’aidant
  • et sauvegardent.
    Les CP ont plus de difficultés à rester dans les thèmes proposés et tiennent à s’exprimer sur leurs souvenirs familiaux, de pêche par exemple mais aussi d’inondations.






Bilan avec la maîtresse à midi, je lui envoie le soir même les productions des enfants ;
discussion rapide sur le choix d’haïkus (5 maximum) à déposer sur babytwit dans le groupe réservé au cycle 2, auquel elle a inscrit sa classe : https://babytwit.fr/group/twhaiku2015c2/
et sur la seconde photo qui sera diffusée en début de semaine prochaine.
J’interviendrai pour la séance de la troisième photo, dans quinze jours.

Elle trouve que l’écriture de haïkus est particulièrement bien adaptée au cycle 2 et enchantée du déroulement du projet.

Ce soir, les haïkus des enfants ont été transférés de la tablette via ma box personnelle sur mon disque dur pour être envoyés à l’école. La prochaine fois je leur ferai découvrir les joies d’une mise en page plus élaborée et du téléchargement de la photo :

Après téléchargement de la photo sur abulédu-data
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS