samedi, 18 novembre 2017|
 

Mercière à Arras

Non, ce n’est pas le titre du livre mais, comme la seule chose que je n’ai pas lue dans ce livre, c’est justement la série de "listes", j’hésite à utiliser le titre officiel.

Montage photo de M.P. pour un concours organisé par la librairie Mollat à Bordeaux

Livre à succès, succès inattendu (?) que chacun s’attache à attribuer, sur un ton condescendant, au marasme économique ou à une certaine nostalgie des joies "simples".

Un livre qui pourtant ne tombe dans aucun piège de facilité et si la plume manque de vitriol, cela n’empêche pas la hargne d’émerger, la douleur, pardon les douleurs, de nous gicler en pleine figure : l’absence physique de la mère brutalement décédée, l’absence intellectuelle du père frappé par un AVC, la perte d’un bébé mort-né, les violences d’un mari cherchant un bouc-émissaire à son deuil. Et les images obsédantes, insoutenables de laideur, qui s’y rattachent.

Un roman sentimental pour un public féminin eau-de-rose ? Pas de "happy end" pour les lectrices fleur-bleue, au contraire, comme en témoignent la fermeture de la mercerie et du blog (matériellement transmis) et l’air poignant final de la comtesse Almaviva :

De la psy bon marché pour mères de famille submergées et ballonnées-ballotées, avides de recettes-miracles ?
Quelques réponses, quelques pistes, applicables au quotidien, qui ne permettent pas de surmonter les obstacles mais de vivre avec :
à un père qui s’absente ou s’interroge, offrir six minutes d’un nouveau père imaginaire à chaque rencontre.
Jouant ainsi le rôle des émissions de Françoise Dolto répondant aux auditrices à la radio dans les années 70.

Des métaphores, comme ça, à picorer au vol :
quelques voiles qui s’agitent comme des mains qui appellent au secours mais que personne n’attrapera plus.

L’humour : Daisyduck.

Le tour de magie grammatical Jocelyn-Jocelyne, un -e qui s’efface et permet le drame inconcevable : un mari qui vole le chèque de sa femme. La convoitise brûle tout sur son passage. Métaphore du féminin dérobé et de l’identité volée.

La chasse aux mensonges dans un couple : pour retrouver le dérapage conjugal et l’entrée DU mensonge, le mari a dû passer autant d’heures à reconstituer le passé après l’entrée du chèque dans la chaussure que sa femme à le reconstituer pour retrouver la date de sa découverte par Jocelyn et relativiser toutes les marques de tendresse qui s’ensuivirent pour détourner son attention.
Les deux chocs de LA révélation de l’événement "perturbateur" dans leurs vies entremêlées. Jeu de cache-cache meurtrier puisque le dénouement de chacun des deux parcours aboutit à des décisions opposées. Silences à deux niveaux puisqu’IL ne dit rien et qu’ELLE écrit (le livre) et que les mots ne servent plus à rien quand il prend la plume, trop tard.

Texte court écrit pour les élèves de cycle 3 qui adorent les enquêtes

Si j’avais un million d’euros à dépenser...

Paul et Paule Berger forment un couple de quinquagénaires ordinaires. Ils habitent dans une petite ville de province. Il est représentant de commerce, elle tient une épicerie. Les fins de mois sont difficiles.
Un jour, en regardant la télé, elle apprend qu’elle a gagné le gros lot à la loterie nationale, un million d’euros. Elle ne sait pas comment l’annoncer à son mari.
Elle profite d’une de ses absences pour aller récupérer son chèque d’un million en ville. Et, au lieu de l’encaisser tout de suite, elle le cache dans une vieille boite à chaussures, pour se donner le temps de réfléchir.
Elle passe les semaines suivantes à faire semblant que rien n’a changé. Elle hésite. Que vont-ils faire de tout cet argent ?
Deux mois plus tard, fatiguée de cacher ce secret à son mari, elle finit par prendre son courage à deux mains. Elle décide de lui annoncer la nouvelle quand il reviendra d’une semaine exceptionnelle de stage professionnel à Paris dont il vient de bénéficier.
Quand elle ouvre la cachette, le chèque a disparu et son mari ne revient pas. Que s’est-il passé ? Comment va-t-elle mener son enquête ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS