samedi, 18 novembre 2017|
 

Et puis Paulette...

Je déteste lire des romans que j’appelle "naturalistes" : je sais que fermer le livre ne va pas clore la vie des personnages et qu’ils vont continuer à parler, à échanger... à prendre de la place dans ma vie qui n’a plus beaucoup de place pour les autres.

Mais, pour une fois !

Écrites en majeure partie avec un point de vue de vieux, les "viocs" comme les appellent crûment les étudiants du livre, j’ai lu ces pages comme un manifeste pour la recherche de solutions alternatives aux maisons de retraite.

Barbara Constantine, "Et puis, Paulette...", 2012.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS