samedi, 18 novembre 2017|
 

Eduquer aujourd’hui en Afrique francophone

Texte intégral - à lire dans son intégralité - de l’article de Henry Vieille-Grosjean in Le Portique, N°4, 1999, mis en ligne le 11/03/05, Eduquer : un métier impossible ?

le modèle éducatif français et les questions qu’il suscite

- son double objectif comme seuls Lieu et Temps : qualification sociale et intégration à l’économie

- transfert des modèles sur les territoires dominés et occupés

- "projet civilisateur européen" en Afrique : encadrement social et diffusion culturelle par les missionnaires (convertir + éduquer, terrain vague)

- les O.N.G. et leur politique de coopération par délégation ou substitution à partir des années 60 : pratiques contextualisées mais captation d’une partie de élites locales, idéologie sousjacente non précisée et installation de nouveaux modèles éducatifs dans un milieu réduit à l’état d’objet

"Il faudrait d’abord désintoxiquer les mentalités, remettre les pendules à l’heure, et surtout placer les individus face à leurs incontournables responsabilités" citation d’Axelle KABOU, in Et si l’Afrique refusait le développement ? 1991

situation actuelle de l’enseignement officiel en Afrique francophone

- Rapports sur les coopérations
- Rencontres, colloques, séminaires

- Bilans

  • trop peu d’investissement budgétaire et éthique
  • conditions de travail peu acceptables
  • image ternie de l’école

- Inadéquation du modèle scolaire et incohérence de son fonctionnement

  • infrastructures
  • développement de structures privées

autres pratiques, autres enjeux

fonctionnement éducatif marginal plus en adéquation avec les histoires et les géographies des acteurs et de leurs publics

les écoles rurales

- constats et objectifs après longues discussions "sous l’arbre à palabre"

- choix par décision collective et négociée du terrain, du local et de l’enseignant

- contenus, apprentissages et horaires guidés par les situations rencontrées, les relations à gérer et les informations à utiliser : paramètres traditionnels / moyens éducatifs mis à disposition par le progrès

Quoique tu dises, quoique tu fasses, c’est ton fils qui aura raison, proverbe malien

dynamiques urbaines associatives : faire face à la violence de l’école de la rue

- associations de quartier, agents d’un processus de resocialisation

  • ONG sociales : la "société civile"
    • prise en charge d’individus en danger ou dangereux
    • rattrapage scolaire ou technique dans le cadre d’un accueil et d’un hébergement
    • insertion en milieu artisanal ou commerçant

trois autres types de regroupements représentant une marginalité majoritaire

  • animation socio-culturelle :
    • solidarité autour d’activités ludiques, théâtrales, musicales
    • de la convivialité auto-centrée à un intérêt grandissant pour les améliorations possibles de situations vécues par d’autres
  • regroupements casuels économiques de jeunes et d’enfants "débrouillards" : "les petits métiers"
  • montage de projets par des jeunes diplômés sans emploi, dénotant une vision fine et décapante du système éducatif

écoles coraniques
- groupes d’enfants confiés aux marabouts : lecture et écriture de la langue arabe du Coran
- élèves de talebs apprenant à survivre et à s’entraider dans la rue

conclusions

- monde rural :

  • insérer l’enfant dans son milieu par l’apprentissage de savois faire et de savoirs être indispensables à une survie économique
  • transmettre les valeurs fondatrices et nourricières de l’identité collective

- la ville : regroupement des exclus et déçus de l’école

  • transmission pédagogique de messages et de techniques, de langages et de normes, mais dans l’urgence et la pénurie
  • nouveau rapport au savoir et à l’autorité : pertinence donnée par la proximité socioculturelle, la parité co-générationelle et l’intelligence tirée de l’adhésion volontaire à une cause commune.

bibliographie antérieure à 1999

- Balandier G., Afrique ambiguë, Paris, Plon, coll. « Terre humaine », 1969
- Barley N., Un anthropologue en déroute, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1994
- Coppieters’t R., Jeunesse marginalisée. Espoir de l’Afrique, Paris, L’Harmattan, 1992
- Cultures et sociétés, Migrations, coopérations et développement, C.E.M.R.I.C., n° 10, 1997
- D’Almeida-Topor H., L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1994
- Erny P., L’Enseignement dans les pays pauvres. Modèle et proposition, Paris, L’Harmattan
- Jaulin R., La Mort sara, Paris, Plon, coll. « Terre humaine/poche », 1981
- Kabou Axelle, Et si l’Afrique refusait le développement ?, Paris, L’Harmattan, 1992
- De Negroni F., Afrique fantasme, Paris, Plon, 1992
- Revue politique africaine, « Besoin d’État », n° 61, Khartala, 1996
- Touraine A. et al, Quel emploi pour les jeunes ?, UNESCO, 1988
- Vieille-Grosjean H., Je fais dans le débrouillard, Éd. Min. C. D., N’Djaména, 1994
- Ziegler J., Main basse sur l’Afrique, Paris, Seuil, 1978.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS