jeudi, 19 octobre 2017|
 

Burdigala pour les profs - 1

Le label "Ville d’Art et d’Histoire" vient d’être accordé à Bordeaux qui a ouvert un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (C.I.A.P.) qui présente de manière didactique l’architecture et le patrimoine de la ville ou du pays. Il s’agit aussi d’en faire un véritable lieu d’accueil des visiteurs, lieu de ressources et de débat pour la population mais aussi pour les touristes.

Un des engagements : l’initiation du jeune public à l’architecture et à l’urbanisme.

Voir toutes les ressources audiovisuelles de l’Inrap

Le chantier était situé dans l’emprise de la ville du Haut-Empire (20 av. notre ère à 284 de notre ère), Burdigala, qui deviendra la capitale de la cité des Bituriges Vivisques. La fouille, réalisée entre mai 2007 et janvier 2008 en amont de la construction d’un auditorium, a offert l’opportunité d’étudier le processus de romanisation à Bordeaux au travers de quartiers résidentiels et artisanaux, avec notamment la fouille d’ateliers de verriers. Intervenante : Kristell Chuniaud, archéologue responsable d’opération (Inrap)

Voici un peu de documentation pour les profs qui voudraient s’engager dans ce projet en commençant par l’antiquité...

LES PARCOURS D’UNE VILLE EN HÉRITAGE

- Nous avons pris comme modèle cette démarche :

Les parcours

Le but des parcours : découvrir comment bordeaux a évolué et su concilier patrimoine ancien et contemporain. La mission recensement du paysage architectural et urbain propose des balades sous forme de parcours commenté permettant facilement de découvrir l’histoire d’un quartier. Des promenades à lire et à vivre pour découvrir ou redécouvrir un patrimoine architectural et urbain, quotidien et domestique, désormais reconnu par l’Unesco.

À l’occasion de l’opération "Vivre les villes", la mission recensement du paysage architectural et urbain de la mairie de Bordeaux a proposé un parcours sur l’histoire urbaine et l’architecture avec comme fil conducteur l’ancien rempart de la ville.Un parcours à vivre comme un jeu de piste pour mieux comprendre l’urbanisation des faubourgs sud de Bordeaux.

- Nous avons pris comme base d’information ce document :

Bilan de deux siècles de recherches et de découvertes récentes à Bordeaux, Dany Barraud et Geneviève Caillabet-Duloum-

- et nos sommes allées à la pêche aux ressources pédagogiques déposées sur le net

page 3
page 5
Collège de Cenon, F. Sentex
Burdigala au début du IIIe siècle, Jean-Claude Golvin, 1999 (AMBX 1 Num 5). Publié le 3 Juin 2012 par lasauque33 : élèves de seconde du lycée de La Sauque, dans le cadre du projet du cours de latin et de l’atelier Monumérique Archimérique conduit par les Archives municipales de Bordeaux.

PEP 33

- Le bon parcours pédagogique : traces de l’antiquité et de la mythologie romaine dans la ville.

- De Burdigala à Bordeaux

- Documents iconographiques :

  • Aquarelle de Gaulbain : Bordeaux sous le Haut-Empire
  • Gravure sur bois de 1893 : Bordeaux au IVème siècle
  • Cartographie Bordeaux III : Implantation du castrum
  • Gravure de Dom Devienne en 1771 : Plan de Bordeaux en 260 ap. J.-C.
  • Gravure de la Cosmographie de 1544 : Vue cavalière de la cité de Bourdeaux
  • Dessin d’Hermann Van Der Hem en 1640 : Bordeaux vu du fleuve
  • Photographie de la mosaïque découverte en 1876
  • Photographie de haut-relief de satyre en calcaire : Fontaine des Girondins

- Jeu des mascarons de la Place de la Bourse

- Jeu des muses du Grand-Théâtre et Conte au Musée des Arts Décoratifs

MUSÉE D’AQUITAINE

- Hercule de bronze par Anne Zieglé

RECHERCHES SUR L’AMPHITHÉÂTRE

- Ausonius

- Un court-métrage "Palais-Gallien : autopsie de l’amphithéâtre antique de Bordeaux", de Carole Baisson, Serge Gallo et Ezéchiel Jean-Courreta été réalisé en 2013 (téléchargé). Il n’est plus accessible depuis février 2015. Présenté pour la première fois dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine (14 et 15 septembre 2013), ce film-documentaire expose au grand public le résultat des recherches archéologiques et historiques menées depuis 2010 sur l’amphithéâtre antique de Bordeaux par l’institut Ausonius. Il est co-produit par la Ville de Bordeaux et l’Institut Ausonius. Financé par le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux, il a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la recherche au titre du programme Investissements d’Avenir ; il est soutenu par le Fonds Culturel d’Arts & d’Ouvrages.

Commence un parcours du combattant pour essayer de remplacer ce film que nous avions prévu d’utiliser en amont pour préparer les élèves à la visite du Palais Gallien.

Ad arenas : descriptif de l’exposition de 2012.

"Amphithéâtre romain, de forme elliptique, classé monument historique depuis 1840, le Palais-Gallien est à Bordeaux, le seul vestige encore visible de l’antique Burdigala gallo-romaine. Situé à la lisière de la ville de Burdigala, l’amphithéâtre n’offre aujourd’hui que le spectacle de sa porte monumentale nord et des amorces des murs elliptiques qui supportaient les gradins de bois de la cavea orientale."

Les ruines sont identifiées avec raison à celle d’un amphithéâtre antique, mais elles sont alors, à tort, associées à Gallien, empereur des années 250/260 ap. J.-C.Malgré le bon état de conservation du monument – certaines parties du mur périphérique sont conservées sur une hauteur de près de 20 m –, l’histoire de cet amphithéâtre reste mal connue. Généralement datée vers 200 ap. J.-C., à l’époque où on a longtemps supposé que Burdigala deviendrait capitale de la province romaine d’Aquitaine, sa construction pourrait en fait être plus ancienne. Les fouilles de 2010 permettent en effet de penser qu’il pourrait remonter à la première moitié du IIème siècle ap. J.-C.

Implanté en bordure de la ville antique, il servait d’arène aux combats de gladiateurs. Long d’environ 132 m et large de plus de 110 m, il pouvait accueillir quelque 22 000 spectateurs, avec des gradins aménagés en bois.
L’amphithéâtre de Bordeaux est bâti sur une structure creuse. La façade de la porte principale nord-ouest est en grande partie conservée. On rentrait dans son enceinte par deux portes, les gradins en bois supportés par une ossature en bois prenaient place dans un ensemble de 7 ellipses concentriques composées de 64 travées. Les parois verticales étaient bâties en opus vittatum mixtum où alternent sept rangs de moellons avec trois arases de brique. Le sol au rez-de-chaussée est au niveau de l’esplanade extérieure et toutes les galeries supérieures, tous les escaliers d’accès aux étages étaient en bois.L’arène quant à elle mesurait environ 70m de longueur pour 47m de largeur. Les vestiges présentent des éléments intéressants du bâtiment : l’arrondi du mur extérieur et son élévation en arcade sur trois niveaux. L’ensemble est construit en brique et en pierre."

Heureusement, le service documentation de la DRAC nous a autorisée à consulter de nombreux ouvrages ou rapports de diagnostics : recherches documentaires en février.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
A propos de Calestampar.org
CalHebdo 15 letra d’informacion aus parents e amics de la calandreta bogesa 11/02/.2002 "un còp èra, un gatòt regent qu’essajava d’apréner a dìder MIAO a sons mainats, shens s’i escader. E sabetz perque ? èra dens una escòla de murguetas !" per lo Eric Astie, au darrèr CA de l’escòla ! la (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS